"Shantha", 07 Akkara, Debarawewa, Tissamaharamaya, Sri Lanka

Anuradhapura

Le premier royaume du pays
La foi et l’ingéniosité ont présidé à la construction de cette ancienne capitale royale et monastique, semée de temples et de dagobas, et entourée par de vastes réservoirs.
Pendant plus d’un millénaire, Anuradhapura a maintenu son rang, s’imposant à la fois comme la plus grande ville monastique d’Asie et comme le cœur de la civilisation sri lankaise. A son apogée, la cité a hébergé des dizaines de milliers de moines, repartis dans une dizaine de monastères, et entourés d’une population laïque dont certaines sources révèlent que la population a pu approcher les 2 millions d’individus. L’épanouissement de sa culture bouddhique et l’audace de ses créations architecturales ont dépassé les frontières et rayonné à travers toute l’Asie, marquant les esprits jusqu’en Europe. Aujourd’hui encore, ses merveilles archéologiques et architecturales impressionnent tant par leur raffinement que par leurs dimensions.
L’Arbre Immortel. (Sri Maha bhodi)
L’Arbre le plus vénéré au monde, le Sri Maha Bodhi serait né d’un surgeon de l’arbre de la bodhi, sous lequel le Bouddha aurait atteint l’Éveil en Inde. La bouture aurait été apportée au Lanka par Sanghamitta, sœur de Mahinda, pour encourager la diffusion du bouddhisme dans l’île. Pendant quelque 23 siècles, le figuier des pagodes a bénéficié des soins les plus attentifs, même durant la très longue période où le reste de la ville fut livré à la jungle. Des boutures ont été plantées dans plusieurs temples de l’île et à travers le monde, créant une troisième génération d’arbres issus du figuier indien originel. Aujourd’hui, on vient admirer ce doyen soutenu par un réseau d’étais en fer et balustrade dorée, festonnée de drapeaux de prières offerts par les pèlerins. Près du figuier sacré, vous découvrez les vestiges du Loha Prasada, le palais de Bronze car le toit était couvert de tuiles en bronze. Cette résidence non pas royale, mais monastique, ne présente plus aujourd’hui qu’une forêt de piliers en pierre grossièrement taillés, légèrement inclinés selon des angles divers. Ce spectacle n’évoque en rien les splendeurs évoquées dans le Mahavamsa, un texte en langue pāli relatant l’histoire des rois singhalais et tamouls de Ceylan. Il y parle d’un trône d’ivoire protégé par un palais de 9 étages

Pendant plus d’un millénaire, Anuradhapura a été la capitale de 113 rois successifs, et de 4 reines. Ils lui ont insufflé un exceptionnel élan artistique, en donnant naissance à des palais somptueux, à une statuaire et des jardins d’agrément raffinés et à une série de dagobas construits pour protéger les reliques les plus sacrées du bouddhisme. Les 3 principaux dagobas de la ville comptent parmi les créations architecturales les plus gigantesques de l’Antiquité surpassées par les seules pyramides de Gizeh. Ces 3 dagobas se nomment JETHAWANARAMAYA le Stupa plus grand du monde, RUWANWALIMAHASEYA, et ABHAYAGIRIYA. Le précepte de bienveillance dont se réclame la doctrine bouddhique inspirera les rois du Lanka, qui autoriseront la liberté de culte, et feront construire les premiers hôpitaux du monde pour les humains comme pour les animaux. Mais la réussite la plus éclatante demeure l’irrigation en réseaux qui s’appuie sur des réservoirs conçus pour retenir l’eau des pluies de mousson. Un système d’écluses permettant de prolonger la culture dans les rizières. Au temps de sa splendeur, la cité fut une inspiration bien au-delà de l’île.

Destinations Populaires

Voyage en train à Nuwara Eliya à Ella
Tissamaharamaya - Le parc national Yala et Bundala
Temple d'or Dambulla Patrimoine mondiale de L'UNESCO
Sigiriya - Le roché du lion